Tout temps passé a terre n'est qu'un intervalle de surface.

Ces équipements que je NE conseille PAS aux encadrants et moniteurs

Ces équipements que je NE conseille PAS aux encadrants et moniteurs.

Tout simplement parce que je pense que les fabricants de matériel de plongée font parfois des innovations géniales, qui ont un intérêt pour les plongeurs loisirs mais qui peuvent poser problème s’ils sont utilisés par des encadrants. Exemples.


Le masque Scubapro à verres miroirs rouges.

Ça, pour le coup, je le vois tous les jours car c’est un collègue qui l’utilise, et c’est d’ailleurs a cause de cela que j’ai écris cet article. Je pense que ce masque est très sympa pour le plongeur loisir, mais pas du tout adapté a l’activité du moniteur de plongée. Pourquoi? Parce qu’il possède un traitement réfléchissant sur les verres qui :

  1. Permet de changer légèrement les couleurs sous l’eau et d’éviter les reflets
  2. Empêche toute personne en face de vous regarder dans les yeux !

Très, très fâcheux lorsque une énorme partie de notre travail consiste a rassurer le plongeur un peu mal à l’aise de notre groupe, ou bien celui qui a besoin d’une assistance. Le contact visuel étant bien souvent ce que nous avons de plus rassurant a offrir a un autre plongeur en face de nous,  et malheureusement dans le cas de ce masque tout ce que nous offrons au plongeur se trouve être son propre reflet rouge.




Les palmes Aqua Lung Slingshot

La encore, ces palmes d’Aqua Lung sont un bon produit pour le plongeur loisir, mais pas pour l’encadrant. Pour le plongeur, ce sont des palmes réglables (comprendre: a porter avec des bottillons) et … réglables ! En effet, elles sont dotées de sandows qui relient la partie du pied avec la partie de la voilure. Avec 3 positions au choix, cela permet de rendre la palme plus rigide ou plus souple selon les besoins du plongeurs lors de sa plongée.
Presque tous les plongeurs que j’ai rencontré qui les utilisaient étaient ravis de ce coté “custom” et de son look futuriste. Et pour un plongeur qui va utiliser ces palmes plusieurs fois par an, ce sont de bonnes palmes qui attisent la curiosité des autres plongeurs du bateau.

Mais lorsqu’il s’agit de plonger avec 2 fois par jours tous les jours pendant plusieurs mois, il s’avère que les sandows ont du mal à tenir, s’usent, voir cassent. Alors si on utilise ces palmes dans un endroit un peu loin de tout (au hasard, l’île Maurice 🙂 ), et bien bonne chance pour trouver des sandows de rechange dans la petite boutique du coin. A moins bien sur d’en avoir acheté à l’avance, mais l’idée de me dire que je dois m’acheter des pièces de rechange périssables pour mes palmes ne m’enchante pas trop.







Le combo Inflateur / Détendeur de secours.

Casser les dogmes des arrière-gardistes en terme d’équipement ne me fait pas peur. Au contraire. Je plonge avec un gilet à lest intégré, un ordinateur à gestion d’air et un inflateur i3.
Et je me rappelle très bien qu’à un centre de plongée où j’allais lorsque j’étais gosse, un instructeur national un peu dans ce style là disait a qui voulait l’entendre que les poches à plombs étaient dangereuses et pouvaient tuer les gens par surpression pulmonaire. Que l’ordinateur à gestion d’air allait noyer les gens parce que le binôme ne pouvait plus vérifier par lui même le mano du copain. Et assez récemment sur un forum quelqu’un disait que le i3 allait provoquer des accidents de décompression (même si je ne sais pas encore comment un inflateur placé sur le côté plutôt qu’a l’épaule allait augmenter le taux d’azote dans le sang…)
Jusqu’à présent, je n’ai tué personne. (en tout cas, cela n’a jamais été prouvé en justice)
Mais lorsque je travaillais aux Maldives, mon patron de l’époque avait un inflateur Air2, de Scubapro. C’est à dire un combiné inflateur et détendeur de secours, octo/inflateur dans le jargon. C’est génial parce que ça permet d’avoir un flexible en moins, d’éviter d’avoir l’octopus qui traîne et racle le fond. Mais ça implique surtout qu’en cas de panne d’air d’un autre plongeur, on doit lui donner son propre détendeur principale et que nous même devons passer sur le Air2.
Pas terrible, surtout qu’on va être franc: même si la consigne est de remonter dès que possible lorsqu’on approche des 50 bar, dans la réalité on est toujours prêts à allonger le temps de plongée un tout petit peu, comme par exemple pour ce client qui a pompé 150 bar en 20 minutes, nous apprécions de lui offrir un peu d’air, en le tenant par l’épaule et faire en sorte qu’il puisse rester au moins 30/35 minutes sous l’eau. Chose très ardu, voir franchement pas secu si on le fait depuis un Air2: L’autre plongeur va respirer sur un détendeur au flexible court qui nous passe devant le nez, (puisqu’il ne peut pas être orienté dans le bon sens vers notre épaule droite), et que nous devrons gérer l’air de notre gilet avec un inflateur que nous avons dans le bec.
Donc pas terrible pour l’encadrement.



Encore une fois et pour finir, ça ne m’empêche pas de penser que ces pièces d’équipement feront le plaisir du plongeur loisir, et de rappeler que cet article concerne principalement les guides de plongées qui pourraient être amené a vous encadrer et pour lesquels le coté fun de l’équipement ne devrait pas entrer en conflit avec la sécurité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :